Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 08:09

NB - Un problème technique m'empêchant momentanément d'intégrer des photos sur mon blog, j'espère être en mesure d'en faire le compte-rendu photographique à la fin de la semaine ou au début de la suivante. Désolé pour ce contre-temps. Je vous joins pour l''instant le compte-rendu fait par la NR, journal local.

 

 

Le Parti communiste revisite les défilés de mode

 

 

Entre les débats et les concerts, la fête du Parti communiste et ses alliés donnait hier à voir une curiosité : un défilé de mode sur les vêtements de travail.

Il fallait une bonne dose de provocation. Mais à cet exercice, les camarades ne manquent pas d'audace. Placée sous le signe de la liberté et du travail, la Fête du Parti communiste et ses alliées du Front de gauche, recentrée à Pré-Leroy – l'an passé, c'était à Comporté – s'est offert hier soir une belle tranche de défoulement dans la rubrique tendance. La thématique du travail, revisitée façon Lacroix et Labannière. Une première de l'industrie textile à faire frémir les lectrices des magazines de mode : un défilé sur les vêtements de travail. Sur une idée de Fabienne Marsault et Corinne Douville, militantes du collectif HP : « L'idée de départ consistait à préparer une exposition. De fil en aiguille, avec le marquage des vêtements, est apparue la notion d'appartenance et de culture d'entreprise ». Parallèlement à une installation artistique, une démonstration dynamique sur le mode « créatif et engagé ».

Basse ou haute couture, c'est selon. Endossant fièrement les couleurs de multinationales ou grandes entreprises publiques, les camarades mannequins ne boudent pas le caractéristique déhanchement sur le podium. Salopettes couleur orange ou verte, avec ou sans casque, très conventionnelles blouses blanches ou bleues encore bradées à 70 % – finalement prêtées par Emmaüs –, ou carrément le très caricatural costard-cravate-attaché-case, le défilé passe en revue la diversité de l'univers laborieux, rythmé par des percussions assorties d'impertinences servies par le comédien Laurent Baudouin. A chaque passage, le slogan adéquat aisément identifiable : « A nous de vous faire préférer le train », « L'avenir est radian », « Nous vous devons plus que la lumière », « L'assureur militant ». Sur le mode parodique, mieux qu'un long exposé sur l'un des aspects du quotidien de la vie des travailleuses et travailleurs auquel nul ne prête plus attention. Enfin, la couronne de la mariée à qui, fatalement, il ne reste plus qu'à « épouser la cause ».

 

Parti communiste et Front de gauche, même combat, ce week-end à la Fête de la liberté organisée au Pré-Leroy. Près de cent cinquante personnes au repas citoyen, ce dimanche midi, pour entendre les différentes prises de parole avec une double cible. Le gouvernement qui déçoit d'abord : « Les orientations politiques ne permettent pas de répondre à l'attente de millions de gens qui ont fait le choix du fameux changement », dénonce Jean-Pierre Gelot. Le secrétaire fédéral du PC considère sans détour que « nous sommes confrontés à une situation où les décisions nécessaires ne sont pas prises ». Et les « premiers signaux » sont loin de rassurer, entre la réévaluation du Smic « à minima » et le défilé ministériel à l'université du Medef.


Autre cible d'un front du refus à gauche, le Traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance, connu sous l'intitulé Pacte budgétaire, que François Hollande veut faire ratifier par le Parlement : « C'est le corset définitif que l'on tente de nous imposer », martèle Jean-Pierre Gelot, redoutant les coupes drastiques dans les dépenses publiques pour parvenir à un « déficit structurel » qui soit inférieur à 0,5 %. Adjointe communiste niortaise et ancienne candidate Front de gauche aux législatives, Nathalie Seguin pointe à son tour la stratégie européenne du Président de la République : « Il a fait la démonstration qu'il n'y arrivait pas tout seul avec la chancelière allemande Merkel. Tout au plus, dit-elle, il n'a obtenu que des mesurettes. »

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires