Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 00:15

Dans mon précédent article, « Omerta dans la police … et drôles de comportements », je faisais allusion à la rubrique « couac … couac » du canard enchaîné de cette semaine. Je vous en livre le détail.

 

Ca se passe à Avignon, et c’est rapporté à partir d’un article paru dans Le Provençal. Nadia El Bouroumi du barreau d’Avignon, se rend au commissariat pour assister un client en garde à vue. On lui demande d’attendre, ce qu’elle fait sagement. 45 minutes plus tard, elle vient prendre des nouvelles et demande où est son client. Là on lui annonce que son client a été embarqué au palais de justice. Non seulement l’avocate a attendu pour rien mais elle n’a pas vu le prévenu. L’avocate demande qu’il soit pris acte de son passage sur le registre, avec l’heure d’arrivée, ce qui lui est refusé. Le ton monte, mais ça ne change rien, et l’avocate file au palais de justice, retrouver le juge et son client.

La suite est plus inattendue. Elle a à peine le dos tourné que le commandant de police du commissariat d'Avignon adresse un rapport à la procureure de la République, et ça devient illarant. Le commandant écrit avoir « dans la salle d'accueil du public du commissariat, immédiatement remarqué une femme particulièrement excitée qui s'adressait à l'adjointe de sécurité de façon extrêmement désobligeante, le verbe haut pour être entendue par le public présent, l'accompagnant de gestes larges qui m'ont tout d'abord fait penser que cette personne était une mise en cause, sa gestuelle et son accent étant tout à fait semblables à celle des délinquants que nous avons l'habitude de côtoyer dans notre métier... »

Que dire du comportement du commandant de police, mais plus encore de la Procureure qui dans sa saisine au Bâtonnier évoque « une attitude excessive car cette avocate à un accent et s'exprime avec des gestes ». « Mais on est où ? » s'est emporté le bâtonnier pour qui «  l'époque des Javert n'est pas révolue ».

L’avocate a été choquée par les propos du rapport de police, mais pas étonnée. « Pour la police, un rebeu reste un rebeu ».


Partager cet article
Repost0

commentaires