Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 23:31

 

Pour Ahmed Sohail, la nouvelle année 2013 démarre avec un un goût amer.

 

Arrivé seul en France à l'âge de quinze ans, via un passeur payé par ses parents, il avait été pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance jusqu’à ses vingt et un ans. Scolarisé, il avait obtenu un CAP de plomberie. À vingt et un ans, au terme de sa prise en charge, il s’est retrouvé sans rien. Il a bien trouvé un employeur, mais celui-ci a fini par se désister face à la longueur de l’examen du dossier en préfecture. En situation irrégulière, Ahmed survivait de petits boulots au noir.

 

Le 21 novembre dernier, il est contrôlé dans le métro et placé au centre de rétention de Vincennes (Val-de-Marne). Il y passera quarante jours.

 

Une forte mobilisation s'était mise en place ; des élus, des particuliers écrivent au ministre de l’Intérieur et à l’Élysée pour tenter d’empêcher le retour forcé. En vain.

 

Le 30 décembre, une première tentative d’expulsion échoue après le refus d’Ahmed d’embarquer. Le lendemain, il est de nouveau présenté sur un vol pour Karachi, mais cette fois, il est renvoyé comme un chien, la bouche scotchée, les pieds attachés, menotté dans le dos, escorté par quatre policiers. Visiblement déboussolé à son arrivée à Karachi (à plus de 1 200 km de son village natal près d’Islamabad), la police pakistanaise lui réclame 1500 euros sous peine d'aller en prison.

 

Pendant ce temps, François Hollande adressait ses vœux aux Français, et Manuel Valls s'enquérait du nombre de voitures brûlées.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires