Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 22:36

 

Dans la matinale de France-Inter de mardi dernier portant sur la "flexisécurité" de l'emploi et l'accord de sécurisation pour lequel la CGT et FO appelaient à manifester, un auditeur posait la question suivante : « Compte tenu de la très faible représentativité en terme de salariés syndiqués, quelle légitimité ont les syndicats FO et CGT pour bloquer systématiquement toute discussion. » A cela Patrick Cohen apporte une précision indiquant qu'il y a 8% de salariés syndiqués.

 

La connotation de la question me laisse imaginer que cet auditeur ne devait pas faire partie des manifestants du jour. Les invités du jour qui étaient Bernard Thibault et Jean-Claude Mailly ont corrigé le propos de l'auditeur quant au blocage systématique de toutes discussions puisque ces organisations signent des accords, même si ce n'est pas le cas pour l'ANI, objet de la manifestation du jour.

 

Pour ma part, je trouve que considérer la représentativité à l'aune du nombre de salariés syndiqués, comme l'a fait cet auditeur, cela n'a pas de sens. Est-ce que l'on considère la représentativité des partis politiques au nombre de leurs adhérents ? Non bien sûr, mais au résultat des élections. Eh bien, il en est de même pour les organisations syndicales avec le vote lors les élections professionnelles.

 

Et concernant l'accord signé par le MEDEF d'un coté et la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC de l'autre, on pourrait avoir des surprises lors de la publication des chiffres de la représentativité en fin de mois. Pour être validé, cet accord doit être signé par au moins deux syndicats représentatifs ayant recueilli au moins 30% des voix. La signature de la CFE-CGC qui a choisi de n'être représentative que chez les cadres ne compte pas. La CFTC n'est pas certaine d'atteindre la barre des 8% pour être reconnue nationalement. Les partenaires signataires étant déjà minoritaires comparés à la CGT et FO, si en plus il n'y en a qu'un de représentatif, cet « accord historique » aux yeux du gouvernement n'aurait aucune valeur juridique. Sauf à ce que le gouvernement ait fait voter la loi auparavant. 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires