Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:23

Samedi soir, par le biais d’un communiqué, l’Elysée indique : « En application de l’article 8 de la Constitution, M. François Fillon a présenté au président de la République la démission du gouvernement. Le président de la République a accepté cette démission et a ainsi mis fin aux fonctions de M. François Fillon. »

 

Ce simple communiqué confirme à quel point ce pouvoir se moque des français. Quelle mise en scène ! Ça fait six mois que Sarko en a parlé du remaniement, et c’est lui et lui seul qui fixe le tempo. Alors annoncer que Fillon remet la démission de son gouvernement et que Sarkozy l’accepte, c’est vraiment prendre les gens pour des cons. Sarkozy décide de tout et ne respecte rien. Ce n’est pas le futur 1er ministre qui va composer le gouvernement ni décider de la politique gouvernementale, c’est Sarkozy. Et ce « changement de « marionnettes » va aboutir à quoi ?  A poursuivre la même politique au service du capital, de la classe dominante et du Medef. Si certains ont encore des illusions, re-visionnez cette petite compilation de promesses Sarkozystes.

 

La meilleure des choses aurait été non pas la démission du gouvernement, mais la démission de Sarkozy. Ça n'a pas été son choix, alors ne l’oublions pas lors des élections à venir, qu’elles soient locales ou nationales. Tout vote de premier  tour qui n’est pas clairement à gauche (on n’est pas de gauche lorsqu’on dirige le FMI) est un vote de soutien à Sarkozy !

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
<br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Fulgurant! Les Français déjà en 2012: « dans l'cul, la dette, dans l'cul! »<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Laissons la démocratie médiatique adorer ce qu'elle a brûlé hier, sans oublier avant-hier! Elle n'est jamais rien d'autre que le bal des opinions, plus ou moins avouables, qui se<br /> heurtent les unes, les autres, de manière éclectique, au prorata du portefeuille, une sorte de 14 juillet des intérêts, petits et grands, de la société capitaliste, tantôt française,<br /> tantôt moderne, selon le degré de réactivité de la chienlit politicienne. L'histoire de toute façon se fait ailleurs. La faillite mondiale, en effet, apparue au grand jour en<br /> 2008, vient de montrer en quoi consiste la politique de la liberté illimitée: réguler l'implacable égoïsme des états et des marchés, par le<br /> biais de la crise économique, dont la responsabilité globale n'incombe effectivement à personne d'autre qu'aux politiques économiques menées, dans le cadre du régime général de la<br /> propriété capitaliste. C'est ce que les grooms du despotisme national et d'entreprise, qui bouffent du nord-coréen ou du cubain, le dimanche, la face<br /> collée sur leurs écrans millimétrés, nomment, chacun avec son propre accent démocratique miraculeux, anglo-saxon, scandinave, celtique, rhénan, quand ce n'est pas autocentré ou fordien,<br /> le cycle vertueux de l'économie(sociale ou non) de marché. Un coloriage mural<br /> magnifique qui cache une autre image, plus étatique, motorisée. La vertu libérale veut faire oublier qu'elle a des arrières qui pue le pot d'échappement. Car cette vertu-là avancée, qui pour<br /> l'heure proclame l'horreur de la vie de caserne, est avant tout respectueuse de l'argent, son totem, son tabou, son fétiche. Et ce putanat-là, à corps et à cris, exige qu'on le lui enfile<br /> toujours plus vite et plus loin. Il veut en avoir le cul cousu jusqu'aux yeux, blink! blink! A chaque<br /> firmament français électoral sa nouvelle étoile gémellaire. C'est ainsi, en tout cas, ici, où l'homme est grand et a des droits et le citoyen, tais-toi, pôv con, que naissent les présidents, cadeaux de Noël, fait à l'état verni des classes capitalistes. Allez! On chante!<br /> O Tannebaum, wie treu sind deine Blätter,etc. (en franc de la patrie-usine-à-gaz).<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Aussi la démocratie médiatique, reine désopilante des opi-gnons, peut mettre dans sa cuisine choucroute, yaourt et semoule, autant qu'il lui plaira, les faits<br /> sont là qui s'entêtent, dans la rue, et dénoncent l'escroquerie générale et lyonnaise.<br /> L'état l'umpéniste, état fictif, mais pas pour tout le monde, ce repaire de bonimenteurs et d'escrocs,<br /> avait promis, au wagon des imbéciles qui n'ont au fond, ballotés entre deux droites, que la liberté de dérailler,l'état le plus économique! Et le résultat, le voilà: une pleine année 40, en matière de dette publique! Ah mais, ah, ah, ah, c'est qu'on a<br /> encore son triple A, s'écriera la vierge gouvernementale, triple buse, et farouche, qui aspire<br /> maintenant à étaler aux yeux du bon peuple, sa propre conception du bon gouvernement et donc du bon état. La dette, prolétaires, écoutez ça, une dette étatique monumentale, qui reçoit l'agrément<br /> de la démocratie actionnariale internationale. Ce crapaud-bulle des beaux-quartiers et autres villes interdites, qui s'imagine<br /> volontiers en soleil-héros, de l'empire de l'avenir levant. Cette démocratie-là, comme kimé l'son, en Corée du Nord, spécule aussi sur sa personnalité incontournable, elle a des épithètes, plein<br /> les dents, c'est elle la meilleure du monde possible. La démocratie actionnariale n'a pas froid aux yeux. La dette, elle sait quoi en faire: du profit!Encore du profit!Toujours du profit! Montage et<br /> tripotage. Son imagination fourmille d'idées, en vue d'accaparer la moindre miette de profit. C'en est au point que sans la Chine! Bientôt, en effet, à l'image de l'actuelle accumulation nulle ou<br /> négative de capital, dans les pays dits riches, ça faire boum! Les criminels du G 20 et leur président fantoche s'y préparent<br /> activement. Ce ne sont plus là des mains dans l'cambouis, mais carrément dans l'uranium! Demain, la guerre! Ces gens-là d'ailleurs le disent eux-mêmes, le monde, sans lessiveuses boursières à<br /> grande vitesse et autres anneaux de la déréglementation financière plein-pot, le monde n'est plus qu'un pesant ennui! Secouons-le!<br /> Secouons-le!Leur rêve (américain ou non) est le plus spectaculaire: nucléaire!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Mais, et ça c'est un scoop, si tout va mal partout, en Iran, chez les talibans et bien sûr en Corée, côté Nord, et à Cuba, voire en Birmanie, peut-être, faut<br /> voir, en France, non! Rien de tout ça. Et donc, le monde concrètement s'apprête à changer. A changer de direction. Après l'est-ouest et le nord-sud, l'haut-bas-haut sous le baobab. Et cela pour<br /> deux raisons. La première est que les Français, du moins leur satellite emprisonné dans le dernier étage de la fusée l'umpéniste, sont enfin devenus roi du monde. Ça plane pour eux! Et ça tombe à pic, aussi, vu que ça s'enlisait grave sur le terrain, pour le dire en nouveau<br /> franc, un jargon à l'usage des nouvelles générations. Les Français en ont rêvé en 2007, c'est fait! Selon l'évangile ambitieux et<br /> réaliste qui veut que: quatre à quatre, oui! A dos d'éléphants, non! Ça va péter. La deuxième raison est qu'ils viennent enfin de décrocher, pour prix d'une intime collaboration à l'ordre<br /> médiatico-actionnarial, c'est-à-dire colonial-capitaliste, le titre de roi des cons.<br /> Piéger, dans les urnes, les imbéciles, à bord du paquebot planté en plein sillon<br /> urbain, et faire la police, dont on va ré-entendre parler, par sirènes médiatiques interposées, sont les deux mamelles d'un gouvernement<br /> qui vient de faire son coming outhomo-hétérodoxe. Comme l'a magnifiquement synthétisé une panière à<br /> fions, l'umpéniste: l'autre-là, (nous traduisons)<br /> grand-ouvert au vent bio-écologique, je l'sens pas, i' va nous enfumer le croupion. L'idée de dieu unique, à<br /> grand spectacle, ne paie plus. C'est le retour de la religion rationnelle. Refaire 68,ça va cinq minutes! L'heure d'hiver,<br /> gouvernementale, privilégie le retour électoral sur le social investi par les Madoffet<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre