Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 19:50

La mise en place de la piétonisation au centre ville de Niort est devenue un sujet majeur de discorde. Les commerçants y voient la raison de la baisse de leur chiffre d’affaires. Le pouvoir d’achat en berne des salariés dont un dénommé Sarkozy avait promis de s’occuper s’il était élu, ça doit bien y être pour quelque chose aussi, mais ça ils ne l'évoquent pas. Toujours est-il que l’opposition UMP à la mairie de Niort en a fait son cheval de bataille. Et rien ne trouve grâce à ses yeux, pas même les animations culturelles dont le but est pourtant d’animer le centre ville. Je vous livre l’article paru sur le blog de l’UMP niortaise et la réponse de l’adjoint communiste à la culture

 

Article du blog de l’opposition niortaise : « La Ville en cage ».

 

"Scandaleux", "honteux ce qu'ils font de notre argent", "qui sont les singes"," une image dégradante de l'homme",  les commentaires allaient bon train ce samedi matin sous les Halles où se fêtait la semaine du ( bon) goût! en découvrant une cage dans laquel (NDLR – avec une faute d’accord, c’est de mauvais goût) un "artiste de rue" se comportait comme un animal, cris compris. La municipalité avec son adjoint à la culture fier des arts de la rue proposés au bon peuple niortais- évidemment aveuglé par la propagandes libérale marchande- organise le changement radical du centre ville bientôt débarrassé des activités commerciales au profit de la création artistique, toujours à la limite de la fumisterie.

La provocation systématique n'appelle pas ipso facto le talent. Il y a un temps où il faut oser dire : non, basta, ça suffit. Demain, il sera trop tard. Voilà le futur centre ville que vous prépare cette équipe municipale; c'est inquiétant! Pour paraphraser un auteur, si je ne suis pas sûr de mon goût, j'ai le dégoût très sûr; c'était bel et bien le sentiment qui régnait ce matin en ville.

 

Marc Thébault, chef de file de l'opposition niortaise



Réponse de l’adjoint à la culture : « Sortons de la cage ! » qui fait suite à la dernière animation par la compagnie des arts de la rue Kumulus

 

«  La Municipalité livre le centre ville "désert" aux spectacles de rue et autres animations de patronage. »  (Marc Thebault, UMP).

«  La Municipalité avec son adjoint à la Culture fier des arts de la rue proposés au bon peuple niortais (...) organise le changement radical du centre ville bientôt débarrassé des activités commerciales au profit de la création artistique, toujours à la limite de la fumisterie. » (Marc Thebault, UMP).

Ainsi, parle Marc Thébault.

Amen.

 

" Animations de patronage ", " fumisterie ", les mots sont lâchés ; étroits comme le mépris, secs comme des coups de trique. Celui qui se vante d'avoir " le dégoût très sûr " (sic !) s'impose redresseur de torts culturels, confiant dans son Index, pétri de certitudes sur ce qui doit, ou ne doit pas être. Chapeau l'artiste ! Personnellement, je n'irai pas sur ce terrain là, trop conscient que toute démarche artistique est avant tout un questionnement sur soi-même, sur notre rapport à l'autre et au monde. A la limite, il est plus facile de construire un jugement ferme sur une création qui assène ses vérités sans la moindre nuance, sans le moindre doute, sans la moindre ambiguïté (comme pouvait l'être la propagande artistique sous les régimes totalitaires).

 

Caporalisme culturel

Avec " les Squames " de la compagnie Kumulus (créée en 1986 et reconnue internationalement), reconnaissons que, dès la première impression, ce sont bien les questions qui dominent et non pas les réponses. Quel est le sens de cette cage aujourd'hui ? Qui sont réellement ces humanoïdes ?... Volontairement, je n'essaierai même pas de répondre à ces deux questions, laissant à chacun le plaisir de l'imagination et de la réflexion.

En revanche, je ne peux rester coi face à des propos qui confinent au caporalisme culturel et qui ne sont pas sans lien avec ce que la France d'en haut trame pour la France d'en bas dans le domaine artistique... Le " bon goût " a aujourd'hui son Conseil de la création artistique et son Excellence pourrait même, dans le cadre de la réforme des collectivités, s'attaquer à la clause de compétence générale... A ce rythme là, le " bon goût " aura peu d'origines contrôlées et, si les fidèles de sa majesté s'exécutent avec autant de déférence, nous risquons fort d'y perdre en diversité.

Procès d'intention, me direz-vous ? " Il y a un temps où il faut oser dire : non, basta, ça suffit. Demain, il sera trop tard."  (Marc Thébault, UMP). Cela ne vous fait pas réfléchir une telle prose ?

Au final, mieux vaut mettre une cage dans la Ville que la création en cage...

 

Nicolas Marjault, adjoint à la Culture

 

 

Tout cela me rappelle un article que je publiais il y a plus d’un an au sujet d’un maire UMP (il n’y a pas de hasard !) qui s’en prenait à la culture et qui faisait sienne cette citation de Friederich Thiemann, « Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver ». Pour ce qui est de la cage, probablement que le leader UMP préférerait "la cage aux folles" interprété par Christian Clavier l'ami du président !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires