Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 23:34

L’entreprise Ryanair et son patron Michael O'Leary sont coutumiers dans la pratique du dumping social et du chantage à la subvention publique. Tout est bon pour ce PDG pour s’enrichir encore plus. C’est lui qui récemment envisageait de faire une économie drastique en supprimant les copilotes sur ses appareils. Mais voilà que mis en examen par le parquet d’Aix en Provence pour « travail dissimulé » à la suite de la plainte de plusieurs syndicats de personnels, la compagnie et son PDG ont décidé de quitter l’aéoport de Marseille.

 

Et Jean-Claude Gaudin, sénateur–maire de Marseille, de s’en prendre dans cette situation aux organisations syndicales. « C’est l’attitude des syndicats qui pousse Ryanair hors du territoire français. Dans tous les pays européens Ryanair peut exercer ses activités et c’est un comble qu’on ne puisse pas le faire sur le territoire national. Cela va engendrer à Marseille un millier de chômeurs. »

 

A la journaliste qui lui fait remarquer « qu’on ne peut pas reprocher aux syndicats de demander l’application de la loi » Gaudin n’a rien de mieux à répondre que « l’application de la loi, il me semble qu’il doit falloir modifier cela, changeons le décret ». J’espère que le gouvernement observera, et puisque ça peut se faire dans d’autres pays, ça doit pouvoir se faire aussi en France soulignant que la ministre de l'Economie Christine Lagarde comprendrait cela puisqu'elle a dit ne « pas être scandalisée » par la décision de Ryanair de quitter le territoire suite aux poursuites judiciares.

 

Interrogé ensuite sur le mouvement sur les retraites, il a été demandé à J-C Gaudin si là aussi il mettait en cause l’action des syndicats ? Et sa réponse en la circonstance est amusante compte tenu de ses propos précédents. « Quand même dans ce pays, c’est encore au parlement à faire la loi, ce n’est pas aux syndicats ni même à la rue de décider, nous sommes dans un état de droit ! »

 

Il l’a dit. Nous sommes dans un état de droit. Sauf que lorsque les organisations syndicales veulent faire respecter ce droit comme dans l’affaire Ryanair, eh bien M Gaudin ne trouve rien de mieux que de les taxer d’irresponsables et de demander un changement de loi !

 

Une fois de plus, l’UMP et ses élus montrent qu’ils sont au service du capital. Les salariés ont tout à perdre avec ces gens-là. Pour les empêcher de nuire, c’est d’un changement radical de société dont nous avons besoin, et le plus vite possible.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V


 


A chaque « Maillon » médiatique, sa « Mayonnaise »


 


Tous les Irlandais ne sont pas terroristes. Ni tous les terroristes, marseillais. Et encore moins tous les Marseillais, dans la rue, scandant: le roi et le parlement, à la lanterne!


Dire qu'il y a des tagada person qui foncent, là-bas, loin, à Grenoble, Dakar ou Saïgon, voir défiler une liberté de boulevard. Savoir faire espérer, c'est leur philosophie. A la
Une, à la Due, à la Six, ils l'abattent, sur la table. Pas de doute, la leur est la plus grosse. Mais qu'on regrette de ne pas être du voyage ou qu'un jour, un jour, au bout du compte, on espère
en être, une chose est sûre: pas de chienlit, sans phrases-bateaux! Car en France, c'est sûr, la digue, la digue peut rompre, tout nus et tout bronzés, morues et maquereaux
surfent sur un bouclier de fortune, poli à la pierre de paradis. Ce diamant si pur, oh purée, the purin, ce n'est pas l'Étoile du sud, non! C'est la perle des étoiles de
l'ouest: Un Marseillais de Pacotille. Nettement plus gros qu'un cynorhodon (dog rose, en langue anglaise), il a des propriétés
antirabiques avérées, plus communément appelées: Côte d'Azur. Avec laquelle l'innommable créa la flemme,tout à fait! Mais trêve
de bourdes héritées des sciences humaines, un jour de bourse ou de remise sur les prix, ce Marseillais-là, qui n'arrive pas à les mettre dans le plat, vu qu'il a déjà une couille qui prend toute
la place, hurle sur toutes les ondes synonymes d'information, son incommensurable détresse: et pipipi et cacaca, (en latin macaronique) les syndicats, oui, les syndicats, les syndicats ont bouté
« l’entreprise irlandaise hors du territoire français ». Ouf! La virginité de Ryanair n'étant pas démontrable autrement que par un acte de foi unique, on s'est
bien gardée de la brûler en place publique.


 


Une Odyssée qui sent le roussi


 


Innombrables comme légions, sont les fouteurs de merde, sur la toile, ex-cocos, camarades syndiqués, et pourquoi pas, en mémoire du bon vieux vocabulaire de la guerre froide,
cette série pop art de petites guerres sans histoire, rallongeons la sauce, poux archaïques, puces rétrogrades, punaises des écoles et chapelles, peintres de la vie en rose, comme pi la lettre P
semble inépuisable, innombrables sont ceux à qui nous devons ce qui va suivre. Une sorte de work in progress, très terre-à-terre, néanmoins éclairant. Rampant! Surenchériront nos
ennemis. Soit! Les sot amis de l'homme ont toujours 120 idées pour le prendre à rebrousse-poil!


 


« Outre le "travail dissimulé", la justice soupçonne Ryanaird'emploi illicite de personnel navigant, de prêt illicite de main-d'œuvre ainsi que d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise, aux fonctions de délégué du personnel
ainsi qu'à l'exercice du droit syndical et au fonctionnement du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). ». Mais il en faut plus pour programmer la
mort d'un pirate des airs. Cette mort programméesemblera proprement délirante. Sauf aux yeux de la plupart
des pirates de paradis qui jurent qu'ils sont juifs et qu'on veut leur mort. Tout s'explique. L'histoire n'est pas perdue pour tout le monde.






« Les turbulences, les avions connaissent. Mais celles qui agitent le low cost sont plutôt terre à terre, et l’entreprise irlandaise Ryanair se trouve régulièrement
au cœur de la tourmente. Motif : les aides publiques que son flamboyant dirigeant... lève auprès des collectivités locales, tout en vantant les mérites... du libéralisme ». Rappelons
que pour nous, le libéralisme est pour nous un étatisme. En voici une preuve:


 


« Principal bénéficiaire de la nouvelle installation financée à 85 % par l’argent public ? Ryanair, qui
transporte 85 % des passagers de cet aéroport, soit 2 millions de voyageurs, chiffre que la compagnie phare du transport aérien à bas prix — le low cost — se fait fort de doubler. Et ce bien qu’en 2004 la Commission européenne l’ait condamnée à rembourser environ 3,8 millions d’euros — un tiers des
aides publiques indûment perçues à... Charleroi (1). Depuis, des enquêtes pour distorsion de concurrence et
subventions illégales ont été lancées par cette même Commission dans plusieurs aéroports européens, tels Leipzig, Lübeck-Blankensee, Tampere-Pirkkala, Dortmund, Berlin-Schönefeld, Alghero,
Pau-Béarn, Bratislava et Århus (2) ». Comme le libéralisme incarne la liberté, objet d'une reconstitution
minutieuse, après 45, toute critique à son encontre est une atteinte immédiate aux libertés.


 


« Ryanairest la seule compagnie aérienne importante où
les syndicatsn’ont pas été reconnus ». Phrase lue sur le site d'Amnesty
International. ». On va quand même pas se laisser emmerder par un décret, gueule un godillot marseillais tout crotté, faute de pouvoir s'envoyer en l'air, grâce à Ryanair. Peut-être un avis soufflé!


 


« Un responsable de Ryanair à l’aéroport britannique de Stansted a ainsi soulevé l’indignation (il prétend maintenant qu'elle n'est pas aussi
grande qu'on l'a dit) voici quelques semaines en envoyant un mémo aux membres du personnel leur conseillant de plutôt consacrer l’argent de leurs cotisations syndicales aux filles faciles ou aux
courses de chevaux ou de chiens, expliquant que cela leur procurerait au moins quelques minutes de plaisir ! [1] » Un conseil d'une sagesse extrême, qui ne paraît pas cependant avoir réussi à apaiser cette grosse inquiétude commerciale, à propos du même
sujet:


« une très mauvaise nouvelle pour les entreprises et les commerces », et « constitue un coup d’arrêt pour le
développement », quoique


« même M.O’ semble s’inquiéter des conséquences de sa (plaisante) désertion. « Malheureusement, les grands perdants dans cette affaire
seront l’aéroport de Marseille, le tourisme ainsi que l’emploi dans la région provençale ». Mais la compassion de cet habitué des coups d’éclat
médiatiques ne convainc pas tout le monde. Le Syndicat national des pilotes de ligne dénonce « l’impudence extraordinaire » du PDG,
tandis que le Parti communiste l’accuse de mener « une opération de chantage pure et simple. ». Pas de panique! Quelqu'un dans
l'avion a mille antidotes contre toute forme d'intoxication, notamment soviétique.



Répondre
J


" Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage." Jean Jaurès


En ce moment, c'est la guerre sociale.