Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 09:13

Depuis la crise financière de 2008, les épargnants craignent pour leur épargne dans les banques. Ils ont raison, et le Front de Gauche leur propose de réagir pour stopper la spirale infernale de la spéculation. Sans les informer, les banques ont utilisé leur argent pour spéculer avec des systèmes de plus en plus complexes (subprimes), mais également pour financer les dettes des Etats (Grèce, Italie, Espagne, Portugal, Irlande). Un seul mot d'ordre : “rentabilité” pour satisfaire les actionnaires avides d'argent. Les banques ont pris des risques de plus en plus inconsidérés.


Les causes ?


- La dérèglementation des banques en 1984.

- La privatisation des banques en 1986 sous le gouvernement Chirac et la course à la rentabilité qui en a résulté.

- Les fusions/absorptions dans les années 90, l'achat par la BNP de Paribas, d'Indosuez par le Crédit agricole (privatisé en 1988), etc., ont formé des groupes bancaires énormes, faits pour la spéculation et éloignés du financement de l'économie réelle.

- La signature par les gouvernements français du Traité de Maastricht, puis du Traité de Lisbonne a autorisé la libre circulation des capitaux et la concurrence libre et non faussée. Les banques soutenues par leurs conseils d'administration se sont lancées dans une course effrénée à la spéculation afin d'accentuer la rentabilité du capital financier pour mieux rémunérer les actionnaires qui en demandent toujours plus.

Cette folle course à l'argent pour les actionnaires s'est déroulée à l'échelle européenne, mondiale, avec la complicité des Etats réactionnaires ou sociaux-démocrates depuis plus de 20 ans.

 

Les conséquences pour vous et les salariés ?


Les premiers touchés sont les salariés car, en vertu de la réduction du coût du travail :

- L'emploi a diminué.

- Les salaires sont bloqués et les compétences remises en cause au profit d'une rémunération au mérite au service de l'atteinte d'objectifs servant la spéculation.

- Les conditions de travail se sont aggravées en raison de la réduction des moyens humains et d'objectifs quantitatifs inatteignables et ne répondant pas aux besoins des clients.

- Evidemment, les clients, les sociétaires ou usagers sont de plus en plus facturés pour un conseil, une carte bancaire, un chèque émis sans provision, un service web, etc.

- De plus, les PME, PMI, les particuliers, les artisans, les commerçants, les agriculteurs, en un mot les acteurs de l'économie réelle, rencontrent aujourd'hui des difficultés pour obtenir des crédits. La spéculation offre des marges plus confortables, l'épargne est détournée de sa vocation à permettre le financement de l'économie utile.

- Pour les collectivités locales, les banques leur ont proposé des crédits adossés à des index qui ne garantissaient pas la stabilité des taux, mais plutôt leur souci de rentabilité.

 

Alors que faire ?


Cette crise dévastatrice pour l'économie et les populations appelle une transformation radicale de tout le système bancaire français et européen afin de garantir l'épargne des déposants.

Bien sûr, il est hors de question de payer le déficit des banques que les actionnaires ont créé pour mieux spéculer.

Les banques françaises doivent être nationalisées/socialisées pour se débarrasser des actionnaires, pompeurs de profit, mais qui ne veulent pas payer les pertes ! Il faut un conseil d'administration composé à parité de salariés, d'usagers, et de représentants de l'état.

La mission des banques doit être placée au service des particuliers, de l'économie réelle, créatrice de richesses. En un mot, c'est la création d'un grand service public financier que nous proposons incluant toutes les banques et institutions financières.

 

Au niveau européen, la Banque centrale européen (BCE) mène une politique à la botte des tenants du Capital. Les Etats de l'Union européenne, via les gouvernements, servent de pompiers lorsque qu'une banque ou un état est totalement ruiné par le fait des spéculateurs (ex: La Grèce, l'Espagne ou Dexia en France).

Pour sortir l'Europe de la grave crise qu'elle connait, la BCE doit être placée sous contrôle des Etats de l'Union européenne. Son rôle doit consister à prêter directement aux Etats à un taux ne dépassant pas les 1 ou 2%, pour financer des politiques de créations d'emplois en relançant le secteur industriel par exemple, mais également la renationalisation des grands services publics des différents pays, avec pour ambition d'éradiquer le chômage dans les cinq ans.

 

 

Réunion publique de soutien à Jean-Luc Mélenchon

Espace Tartalin, salle La Plaine, mardi 17 avril à 20h15

En présence de Nathalie Seguin et Gérard Epoulet

Candidats Front de Gauche

Première circonscription des Deux-Sèvres

 

FdG-NSE-GEP.jpg

 


 

Partager cet article
Repost0

commentaires