Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 23:04

« Omerta dans la police ». Cela fait un peu plus d’un mois que j’ai lu ce livre. Je me disais qu’à l’occasion, je pourrais faire un billet sur le sujet, et le temps passant, c’était un peu parti aux oubliettes. Mais après que des policiers aient été condamnés à des peines de prison pour « dénonciation calomnieuse » et « faux en écritures », après la lecture de la rubrique « couac … couac » du canard enchaîné de cette semaine que je vais relater par ailleurs, je constate que les faits dénoncés par Sihem SOUID dans son livre « Omerta dans la police » sont peut-être plus fréquents qu’on ne peut le penser. Et c’est grave, car comme elle le dit, elle avait cru que la police nationale était au service du public et des citoyens, et elle s'aperçoit au fur et à mesure que l'institution républicaine n'est plus la garante des valeurs qu'elle est censée défendre et promouvoir.

 

Dans son livre, elle raconte son histoire, celle d'une femme flic entrée dans la grande maison par vocation et idéalisme. Elle avait cru que la police nationale était au service du public et des citoyens, elle s'aperçoit au fur et à mesure que l'institution républicaine n'est plus la garante des valeurs qu'elle est censée défendre et promouvoir. Ce sont les coulisses d'un système qui est décrit dans cet ouvrage, abus de pouvoir, corruption, trafics de statistiques et aussi racisme, sexisme, homophobie au sein même de l'institution. Elle est allée, accompagnée de plusieurs collègues, jusqu'à saisir la justice pénale pour dénoncer ces comportements. Ces risques, elle les a pris au détriment de sa carrière mais aussi de sa vie personnelle. Chantages, pressions, menaces, sa plainte la poursuit jusque dans sa vie de citoyenne.

 

La jeune femme vient d'être suspendue pour manquement à son obligation de réserve. Et le ministre de l’intérieur B. Hortefeux qui critique une décision de justice n’a-t-il pas lui aussi un devoir de réserve ?

 

 

Un livre à lire

 

Omerta-Police.jpg 

Partager cet article
Repost0

commentaires