Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 22:51

Le peuple se soulève en Grèce, mais comment pourrait-il en être autrement ? Quelque 100.000 personnes ont manifesté contre le nouveau plan de rigueur voté pour satisfaire le FMI, la BCE, la Commission Européenne et le couple Sakozy/Merkel. C’est le 7ème plan d’austérité qui sera mis en œuvre. C’est une véritable purge sociale qui leur est imposée, dont voici les principales sanctions :

 

Salaires et retraites amputés de 50 %, dans certains cas de 70%,

Baisse de 22% du salaire minimum (650 euros soit 480 nets par mois)

Abolition des conventions collectives,

Suppression de 15 000 emplois dans la fonction publique en 2012,

Réduction de 20% des retraites de plus de 1.000 euros par mois,

Réduction de 20 à 30% dans les retraites complémentaires de plus de 150 euros par mois,

Licenciements dans les forces armées, la santé et l’éducation pour les employés sans-statut permanent,

Diminution de la sécurité sociale,

Privatisation de quatre nouvelles entreprises dont la compagnie des eaux,

Etc.

 

L’Europe des marchés est en train d’humilier le peuple grec. Par contre, cette véritable saignée  épargne les armateurs, la riche Eglise orthodoxe, les banquiers et les  spéculateurs. Les milieux financiers, les fonds de pensions, les banques, se paient sur le peuple grec avec des taux d’intérêts usuraires. Et demain, ce sera le tour de l’Italie, puis de l’Espagne, du Portugal, mais aussi de la France.

 

Comme le réclame le Front de Gauche, la Banque centrale européenne doit prendre en charge la dette grecque et avancer à ce pays directement les 130 milliards dont il a besoin, au même taux qu’elle le fait pour les banques privées, c’est-à-dire à 1%.

 

Comme l’écrivait ce jour Patrick le Hyaric, directeur de L’Humanité, la « danse macabre des vautours de la finance qui dépècent la Grèce doit cesser. Il faut leur couper les ailes sinon ils s'attaqueront à d'autres proies en Europe. Leur austérité mène à la ruine. »

 

 

acropole.jpg A bas la dictature de l’Union Européenne des monopoles clament les banderoles

Partager cet article
Repost0

commentaires