Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 21:39

Capture de la pub sur le site du ministère de l'éducation nationale

 

 

Site-education-nationale.jpg

 

 

« L'éducation nationale recrute 17 000 personnes en 2011. Le ministère lance une campagne de communication pour attirer de nouveaux talents. Il est cette année l’un des premiers recruteurs de France ... »

 

Voilà ce que l’on peut lire sur la pub du site gouvernemental de l’éducation nationale. Une campagne de communication à 1,35 M € HT (normal les caisses sont vides) est faite du 1er au 14 juin sur les radios, et du 1er au 16 juin en presse quotidienne dans les titres suivants : Le Monde, Le Figaro, Le Journal du Dimanche, Libération, Le Parisien/Aujourd’hui en France, Direct Matin, Métro, 20minutes, Le Point, L’Express, Télérama, Le Nouvel Observateur, Challenges, Courrier international, Marianne, L’Equipe magazine, VSD, Paris Match. Ça me rassure de voir que le seul quotidien véritablement de gauche, je parle de L’Humanité, n’y soit pas ; normal il lutte contre les suppressions de postes organisés par ce gouvernement.

 

C’est vraiment une campagne de communication car 33.000 fonctionnaires partent à la retraite dans l’année, 16.000 ne sont pas remplacés (non-remplacement d'un départ en retraite sur deux) donc 17.000 postes sont à pourvoir. Et comme le souligne un syndicaliste, c’est une publicité sur ce qui existe déjà puisqu’on recrute autant d’enseignants chaque année.

 

Sauf que les 16.000 suppressions de 2012 concernent, si l’on en croit Luc Chatel, uniquement des enseignants et que, dans le détail, les 17.000 nouveaux fonctionnaires ne seront pas que des professeurs. Ils ne seront en effet que 11.600 (3.000 dans le premier degré, 8.600 dans le second), le reste étant «des agents administratifs, du personnel de santé scolaire, des métiers extrêmement variés».

 

C’est vraiment un gros coup de pub de la part de Chatel et de son ministère, pour faire oublier sa politique de casse de l’Education nationale. Il a dû oublier les revendications des enseignants par rapport aux suppressions de postes ainsi que celles d’élus de tous bords qui se mobilisent pour infléchir la politique du gouvernement dans ce domaine.

 

C’est vrai qu’avec un ex-DRH de chez l’Oréal à l’Education nationale, on se retrouve avec un spécialiste du « faire mieux avec moins ».


Partager cet article
Repost0

commentaires