Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 22:30

 

Depuis la fusion en 2006 entre la société française Alcatel et l'américaine Lucent Technologies, le nouveau groupe a lancé plusieurs plans de restructuration occasionnant déjà des milliers de pertes d'emplois. En 2006, 20 000 postes ont été supprimés dans le monde, 12 500 en 2007, 4 000 en 2008, 1 000 en 2009, avant de nouvelles suppressions en 2009-2010.

 

En juillet dernier le groupe a de nouveau annoncé son intention de supprimer 5.000 postes dans le monde pour retrouver la confiance des marchés. Et cette semaine, l'annonce a été faite officiellement de la suppression de 5 490 postes dans le monde, 3 300 en Europe dont 1 430 en France.

 

Pour retrouver la confiance des marchés disent-ils ? Ah, les marchés, les marchés ! Toujours ce satané mot qui revient, comme si c'était aux marchés et aux actionnaires fortunés de dicter l'orientation de l'économie nationale. Pour ces gens-là, ce qui compte, c'est avant tout la recherche du profit immédiat. En janvier 2010, je publiais un article intitulé « La bourse flambe, le chômage augmente », où il était déjà question de Alcatel-Lucent, entre autres, dont l'action venait de gagner 46% suite à des suppressions d'emplois.

 

Eh bien rebelote, à la suite de cette annonce, la valeur de l'action Alcatel-Lucent gagnait 6,95 % avant-hier et à nouveau 7,88 % de plus hier, après une dégringolade depuis le début de l'année.

 

C'est bien la confirmation que la Bourse joue contre l'emploi.

 

Mais au final, ce sont les salariés qui sont victimes des erreurs de stratégies et des politiques industrielles désastreuses de dirigeants qui ne connaissent que la finance et qui ne réfléchissent que pour la valeur immédiate de l'action et les dividendes reversés annuellement aux actionnaires.

 

Ce système capitaliste nous mène dans le mur. Il faut en finir et ne plus accepter leur loi, en procédant à des appropriations sociales des moyens de production ou nationalisations pour les secteurs stratégiques, avant qu'ils ne disparaissent dans la spéculation et les ruines industrielles.




Partager cet article
Repost0

commentaires