Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 22:23
Pour sa rubrique  "L'invitée de la semaine", le journal L'Humanité accueille Gisèle JEAN, tête de liste du Front de Gauche du Poitou-Charentes pour les élections régionales.

fdg professionfoi hautRubrique du jeudi 11 mars

Mardi à Rochefort, nous étions une quarantaine dans la salle du tribunal d’instance aux côtés de Florence Jadot, jeune syndicaliste CGT, communiste et numéro 2 sur la liste Front de gauche en Charente-Maritime. Son entreprise refuse de reconnaître son mandat syndical. Elle se bat pour exercer ce droit. L’épreuve est rude mais Florence n’est pas seule, contrairement à tous ceux dans des PME sans section syndicale qui vivent au quotidien la mise en concurrence des salariés, la dégradation des conditions de travail. Je pense à cette grande entreprise de Cognac qui a fermé et replacé ses ouvriers à 50 kilomètres dans des conditions de travail dignes du début du XXe siècle. L’inspection du travail exsangue n’a plus les moyens de faire appliquer le Code du travail. À Chauvigny, ce sont des employés harcelés pour avoir demandé une expertise comptable sur leur entreprise, c’est notre camarade de la porcelaine, délégué syndical, qui a mis fin à ses jours après avoir tenté en vain de limiter tant de plans de licenciements successifs.Jamais il n’a été facile d’être délégué syndical, de défendre des valeurs et des convictions, mais aujourd’hui, il devient même très difficile dans une ville comme Poitiers de défendre les droits de l’homme, les sans-papiers, de défiler sans être filmé. Toute action protestataire devient un délit. Être jeune et sortir le soir, c’est s’exposer 
à des contrôles d’identité. Pourtant, 
la résistance existe. Le 9 mars, dix-sept organisations de magistrats, avocats 
et personnels des services judiciaires 
et pénitentiaires ont protesté ensemble contre la « paupérisation » de la justice 
et la volonté du gouvernement 
d’attenter à son indépendance.


Les difficultés matérielles croissantes, la suppression de nombreux tribunaux de proximité et le projet de réforme de la procédure pénale, avec la suppression du juge d’instruction, sont la concrétisation de cette volonté. 
Il ne s’agit pas seulement de RGPP, mais bien de réduire les libertés en rendant tout le monde potentiellement suspect et en diminuant les possibilités de se défendre, de faire rendre justice.



Partager cet article
Repost0

commentaires