Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 23:15

Le site de Molex à Villemur-sur-Tarn, entreprise de connectique automobile, avait été vendu par la SNECMA en 2004 au groupe américain Molex Inc, contrôlé à 60% par des fonds de pension. Depuis le 23 octobre 2008, les 283 salariés de l’usine Molex sont en lutte pour sauver leurs emplois et leur usine, que les propriétaires veulent fermer après avoir dupliqué l’outil de travail aux Etats-Unis dans le plus grand secret. Et à présent, le mystérieux repreneur, dont le gouvernement avait caché jusqu’ici l’identité, est le fonds d’investissement américain HIG Capital.

Contrairement à ce qui avait été annoncé la semaine dernière, ce n’est pas un nouveau candidat. « C’est le même qui avait été écarté par Molex le 4 septembre ». « Et maintenant, ils nous vendent à un autre fonds américain, dont la spécialité est de racheter des entreprises en difficulté pour les revendre après les avoir restructurées », raconte Alexis Antoine, salarié de Molex. Selon l’accord, l’État va financer la reprise avec un prêt de 6,6 millions d’euros. De son côté, HIG apporte un capital de 1 million d’euros. Et Molex, qui garde la clientèle du site (Renault et PSA), va céder l’usine pour un euro symbolique.

Et face au groupe Molex qui s'est allègrement assis sur la loi française, et a usé du chantage, le ministre de l'industrie Estrosi ose déclarer que c'est «  un dénouement positif grâce à un plan de sauvegarde de l'emploi de grande qualité ».

Reprise avec 20 emplois alors qu’il y en avait 283, sans garantie que ce seront des Molex qui seront repris à ces postes, c'est ça un plan de grande qualité ? Comme le dit un salarié de Molex, « quand j’ai vu la proposition de reprise pour 20 mecs, j’ai cru qu’ils avaient oublié un zéro ».

Voilà comment dans ce monde capitaliste, on sacrifie la vie des ouvriers sur l’autel de la rentabilité, avec le satisfecit d’un ministre.     

Partager cet article
Repost0

commentaires