Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 23:36

Après la liquidation de CAMIF Particuliers le 27 octobre 2008, Matelsom, leader français de la vente de literie sur internet, reprenait en mars dernier ce qui restait de Camif Particuliers : essentiellement la marque Camif et le site camif.fr. Pour cette reprise, Matelsom s’est associé à deux partenaires, Téléperformance et Géodis. Le premier exploite des plateformes téléphoniques qui gèrent à distance la relation clientèle des entreprises et le second est un acteur de la logistique.

 

« Ce projet offre des perspectives à de nombreuses personnes sans emploi dans un bassin niortais durement touché ces derniers mois », déclarait lors de cette annonce Ségolène Royal, qualifiant ce projet de reprise « d'ambitieux, mené par des entreprises innovantes, agiles, des entreprises qui investissent et qui avancent en temps de crise, démontrant qu'il n'y pas de fatalité ». Téléperformance va créer sur Niort un plateau téléphonique avec la perspective de 150 emplois. Et Géodis compte transférer sur place un centre logistique actuellement implanté sur Nanterre en région parisienne, des emplois de Nanterre rapatriés sur Niort.

 

La presse locale annonçait à l’époque que la Région apportait une aide financière sans précédent pour que ce projet débouche. Sur 9 M € d'emprunts contractés par Matelsom, la Région apporte sa garantie à hauteur de 4,5 M €. De plus, une enveloppe de 970.000 € a été débloquée pour subventionner Matelsom : une moitié est prise en charge par la Région ( 485.000 € ), l'autre par le département des Deux-Sèvres et la communauté d'agglomération de Niort.

 

C’est beau tout ça, sauf que la création du plateau téléphonique sur Niort avec 150 emplois à la clé va se faire avec un plan social chez Téléperformance annoncé à la mi-juin. Suppression envisagée de 157 postes à Paris et à Lyon, fermeture des sites à Paris, Montigny et Pantin, avec transfert à Villeneuve d’Asq et à Orléans de leurs 318 salariés. En cas de refus de ces « mobilités » forcées, un plan de près de 500 licenciements est à craindre. Ety pourtant, le groupe Téléperformance  vient d’annoncer un chiffre d’affaires consolidé de 946,7 millions au 1er semestre 2009. 

 

« Entreprises innovantes, agiles » disait Ségolène Royal. Belle démonstration de Téléperformance qui fait croire à la création de postes à Niort alors qu’on assiste à la suppression d’emplois dans d’autres villes. Et tout ça avec un apport de deniers publics. Inacceptable !


Partager cet article
Repost0

commentaires

S

Merci pour cet article et pour votre lucidité au sujet de Teleperformance. Je viens à l'instant de lire votre publication sur La Riposte. Nous avons déjà à deux reprises interpellé, sans retour,
Mme Royal sur cette contradiction et cette injustice. Les salariés de Teleperformance luttent depuis le mois de Juillet contre le PSE qui a lieu en Ile de France. On ne se laissera pas faire !

Solidairement.


Répondre
B
Si on faisait le compte des aides données par les régions pour aider les entreprises à s'implanter... toutes ces aides et exonérations de charges accordées depuis des années ... pour quel résultat en terme d'emploi ? dans les ardennes on voit le résultat !Bon vous, vous avez la chance d'avoir Ségolène... Bourdieu disait d'elle : "pour moi, instantanément, elle n'est pas de gauche"...
Répondre
J

"La chance" ? Quelle ironie. Ce qui l'intéresse avant tout, le pouvoir.
Tout à fait d'accord par rapport aux aides et exonérations. Il ya un autre dossier dans les Deux-Sèvres où la région s'est engagée financièrement, 5 millions d'euros pour Heuliez, et il y aura 400
salariés qui se retrouveront pourtant au chômage.