Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 23:26

« Dénouement positif », « sage décision », « C’est le dialogue social qui a gagné ». C’est en ces termes que le ministre de l’industrie a salué l’issue du conflit chez New Fabris à Châtellerault dans la Vienne. Le voisin Deux-Sévrien Dominique Paillé, porte-parole de l’UMP, ajoute que « cette issue positive doit permettre à tous les salariés concernés d’entrevoir l’avenir avec sérénité ».

 

Avec sérénité ? Il faut oser, alors qu’à Chatellerault, l’industrie est en passe de perdre 2400 emplois en quelques mois selon le quotidien La Nouvelle République du 13 juillet, et que sans la radicalisation du conflit, il n’y avait aucun dialogue social.

 

Il est regrettable qu’Estrosi ait pu s’appuyer sur les propos de la secrétaire confédérale de la CGT, Maryse Dumas qui avait déclaré le matin même qu’elle refusait « d'approuver ou de condamner les menaces des salariés de New Fabris, dont l'ultimatum expire ce vendredi. Je comprends que les salariés estiment que c'est leur seul moyen pour se faire entendre. La plupart du temps ce sont des modalités d'action que je ne conseillerais pas aux salariés parce qu'elles conduisent à des impasses. Mais en même temps lorsqu'ils les décident et qu'ils les décident démocratiquement, la CGT est avec les salariés parce que nous ne nous trompons pas d'adversaire et nous savons très bien que les responsables de la situation actuelle sont du côté du patronat et du gouvernement", a-t-elle poursuivi

 

Ne pas se tromper d’adversaire, soit, mais que signifie l’absence des dirigeants des centrales syndicales à la manifestation nationale du jeudi 30 juillet, veille de l’ultimatum fixé par les New Fabris ? Comme ils n’avaient pas manifesté de soutien lors du procès des Continental. Cela rappelle étrangement le manque d’élan des dirigeants syndicaux dans la suite à donner aux journées d’actions du 1er semestre.

 

Après que Renault et PSA aient empoché la manne des pouvoirs publics avec un prêt de 6 milliards d’euros, les 366 salariés de New Fabris sacrifiés sur l’autel de la sous-traitance automobile peuvent dire, « Renault-PSA, merci pour la mort des Fabris ».

Comme l'ont dit Marx et Engels, « L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de luttes de classes. » Cela n'a toujours pas changé et justifie la radicalisation des mouvements sociaux.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires