Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 23:16


Les entreprises multiplient les annonces de restructurations, de licenciements, de chômage technique. Sarkozy reparle quant à lui des salariés qui voudraient travailler plus pour gagner plus, afin de justifier le travail du dimanche.


Mais tous les salariés licenciés ou menacés de licenciements, en chômage technique, voudraient déjà pouvoir travailler normalement.


En voilà une liste non exhaustive relevée sur 1 semaine:


A Montluçon (Allier) : La direction de la fonderie Bréalu vient d’annoncer deux mois de chômage technique pour les deux tiers de son personnel de production, soit une centaine d’ouvriers. Un autre équipementier automobile du bassin, la forge Amis, s’apprête à annoncer des mesures semblables.


Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) : Texas Instrument, 350 emplois supprimés.


Givet (Ardennes) : Aciérie Sopal, fermeture, 50 salariés licenciés. 


Fontaine-lès-Dijon (Côte-d’Or) : Fournier laboratoire pharmaceutique, crainte de délocalisation, 200 emplois menacés.


Montbéliard (Doubs) : Sense entreprise spécialisée dans l’entretien des structures, principalement dans les usines PSA de Sochaux, 75 emplois supprimés.


Beaucaire (Gard) : Linpac, fermeture, 128 salariés licenciés.


Villemur (Haute-Garonne) : Molex, projet de cessation d’activités, 300 emplois menacés.


La Redoute, 672 emplois supprimés avec la fermeture de plus de 80 agences sur tout le territoire.


Brest (Finistère) : Jabil Circuit ancienne usine Alcatel, fermeture envisagée, 300 emplois menacés.


Decize (Nièvre) : Anvis, plan de départ volontaire pour 30 salariés et externalisation de 14 salariés. 


Carling (Moselle) : Total Petrochemicals France, arrêt d’un mois.


Niort (Deux-Sèvres) : CAMIF Particuliers, liquidation judiciaire, 780 emplois supprimés.


Hordain (Nord) : Sevelnord, chômage partiel en hausse. 17 jours d’arrêt de production pour ses 4 400 salariés.


Trith-Saint-Léger (Nord) : LME, plusieurs semaines de chômage technique. L’aciérie tourne au ralenti.


Strasbourg (Bas-Rhin) : Kronenbourg, 214 emplois supprimés.


Chauvigny (Vienne) : Deshoulières, 188 emplois supprimés.


PSA Mulhouse et Sochaux, 10 jours chômés.


Renault, plusieurs sites fermés cette semaine.


Dim, délocalisation en Roumanie


Et ce n’est qu’un échantillon de la situation sociale. De la croissance à la dépression en passant par la récession, la crise économique s’abat sur tout le territoire. Il faut ajouter les défaillances des toutes petites entreprises qui ne sont guère visibles à l’oeil des médias : au troisième trimestre 2008, avant même l’accélération de la crise financière, 11 400 entreprises ont dû déposer le bilan, un chiffre en augmentation de 17 % par rapport à l’année dernière. Et la liste risque malheureusement de s’allonger.


Alors parler de travail du dimanche, c’est indécent, ces salariés veulent déjà TRAVAILLER !

 


Partager cet article
Repost0

commentaires