Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 08:46

Durant la campagne des présidentielles, il se proclamait le candidat du pouvoir d’achat puis disait lors de ses vœux aux forces vives de la nation :  « Lorsque certains font croire aux Français qu’il serait possible de distribuer du pouvoir d’achat tout de suite, sans travail et sans réformes, je reconnais la démagogie qui a fait tant de mal à notre pays depuis trois décennies ».   

Le même personnage répète qu’il ne peut vider « des caisses qui sont déjà vides » ou « donner des ordres aux entreprises ».

C’est toujours le même qui se rend sur le site d’Arcelor-Mittal  à Gandrange, menacé de fermeture, et qui annonce que l’État mettra de l’argent pour faire les investissements qui n’ont pas été faits jusqu’ici, en partenariat avec Mittal ou un repreneur. 

A ce sujet, pourquoi ce serait l’argent des contribuables  qui viendrait se substituer à un groupe comme Mittal qui dégage d’énormes bénéfices ? On parle de 8 milliards pour 2007 ! 

Et que valent ces promesses quand on sait qu’on ne peut pas faire n’importe quoi avec la législation européenne : les directives européennes interdisent en principe les subventions à des entreprises privées.

Ce même personnage ignorerait le contenu du traité qu’il vient de faire voter par le parlement, bafouant ainsi le vote des français lors du referendum de 2005.  L’article 107 du traité indique que « sont incompatibles avec le marché intérieur (…) les aides accordées par les États, ou au moyen de ressources d’État sous quelque forme que ce soit, qui faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions ».  L’article 108 qui suit donne tout pouvoir à la Commission et à la Cour de justice européennes pour faire rentrer dans le rang les États récalcitrants.

Et la « concurrence non faussée » que la droite prétend avoir fait retirer des « objectifs » de l’Europe se dresse ainsi littéralement devant les salariés dans les articles 167 et 168 de la Constitution européenne rejetée en 2005.

On attend avec impatience les explications de ce personnage pour savoir comment il entend contourner le traité qu’il a refusé de soumettre au peuple…

Partager cet article
Repost0

commentaires