Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 10:15

En 2009, c'est Continental qui procédait à la fermeture de l'usine de Clairoix laissant 1100 salariés sur le carreau. L'équipementier a réalisé un chiffre d’affaires de 32,7 milliards d’euros en 2012 (+ 7 %) Son bénéfice avant impôts s’est établi à 3,5 milliards d’euros, et sa marge opérationnelle est passée de 10,1 % en 2011 à 10,7 % en 2012. Pour 2013, l’équipementier table sur une hausse de son chiffre d’affaires de 5 %, à plus de 34 milliards d’euros. (Source : Comité des Constructeurs Français d'Automobiles) Pendant ce temps, plus de 300 ex-salariés de l'usine de Clairoix attendent toujours de retrouver un emploi.

 

Les salariés de Goodyear de l'usine d'Amiens Nord que veut fermer la direction sont en attente de la décision du tribunal de grande instance de Nanterre sur la validité du plan de sauvegarde de l'emploi, décision reportée au 20 juin. Le plan social de la direction prévoit la suppression de 1173 emplois alors que Goodyear prévoit d'atteindre un bénéfice opérationnel de 1,4 à 1,5 milliard de dollars en 2013, soit une hausse de plus de 12% par rapport à 2012.

 

Et c'est au tour de Michelin d'annoncer un plan de 730 suppressions d'emplois sur les 930 que compte l'usine de Joué-les-Tours. Pourtant, l'entreprise enregistre des bénéfices en hausse (résultat net : 1,571 milliard d’euro soit +7.5% par rapport à 2011) et investit dans les pays émergents. Michelin promet zéro licenciement, c'est ce qu'il avait promis quand il a fermé son usine de Poitiers en 2005. Pourtant, 118 salariés sont restés sur le carreau et 150 autres doivent faire le trajet tous les jours entre Poitiers et Tours. Et demain ce sera quel trajet ?

 

S'il existait une loi sur les licenciements boursiers, ces plans seraient bloqués. Mais hélas, la majorité socialiste de l'Assemblée Nationale a rejeté la proposition de loi présentée par le Front de Gauche. Tout aussi grave, le motif économique du plan ne pose pas de problème au ministre socialiste du travail Michel Sapin. A t-il touché des bakchichs de Michelin ? On pourrait le croire puisqu'il déclare « l’objectif est de faire que dans cinq ou dix ans, l’entreprise soit toujours en activité ». Et de saluer les « efforts de Michelin pour augmenter certaines productions et créer des emplois ». Sa préoccupation ? C’est… la « qualité du dialogue social », la « capacité de cette grande entreprise d’accompagner les restructurations qu’elle considère comme nécessaires mais qui ne doivent provoquer ni casse sociale, ni casse locale ».

 

Des milliers de suppressions d'emplois, ce n'est pas de la casse sociale ?

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires