Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 22:33

Alors que beaucoup d'élus socialistes ont été balayés lors des dernières élections législatives, payant les politiques de trahison et d'austérité pratiqués par le pouvoir en place, il se trouve que M. Valls a été élu. Paradoxal quand on sait qu'il a été l'un des premiers responsables de cette politique, puisqu'il aura été premier ministre durant les trois dernières années du quinquennat Hollande. La versatilité des électeurs est parfois très surprenante.

 

Bien entendu il ne siège pas avec les socialistes, car comme la trahison est une seconde nature chez ce personnage, il a largué les socialistes pour rejoindre les députés de la république en marche (arrière).

 

Lors de l’examen du texte sur la moralisation de la vie publique à l’Assemblée nationale, a resurgi le débat de la rémunération des parlementaires. Et en terme de moralisation, Valls n'a rien trouvé de mieux que de mettre sur la table de la commission des lois la question de l’augmentation de l’indemnité des élus, quitte à le faire « contre l’opinion ». Aujourd’hui, les députés touchent une indemnité de base de 7 209,74 euros brut mensuels, à laquelle s’ajoute l’indemnité représentative des frais de mandat (IRFM, 5 840 euros brut), non fiscalisée, et qui, historiquement, servait de complément de rémunération.

 

Mais si j'en parle, c'est avant tout parce que ce même Valls, chef de gouvernement, avait toujours refusé le moindre coup de pouce au SMIC pour ne pas introduire « un risque de déstabilisation » dans un contexte économique « encore fragile ».

 

Voilà ce qui se passe quand les électeurs ont la mémoire courte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires