Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 17:50

 

Distinguer réfugié politique et migrant économique, c'est monstrueux.

 

Extrait de l'entretien réalisé par Latifa Madani avec le docteur Pietro Bartolo(1), médecin à Lampedusa. A retrouver intégralement dans l'Humanité Dimanche du 27 avril.

 

Les conditions dans lesquelles voyagent les réfugiés ressemblent à celles des déportés dans les trains de la mort. Comment avons-nous fait pour perdre la mémoire à ce point ? L'attitude de ceux qui veulent bâtir des murs et expulser des réfugiés, laisser des milliers d'enfants mourir en mer ou vivre dans des conditions inhumaines n'est pas si éloignée de celle que la philosophe Hannah Arendt appelait « les hommes banals » sous le nazisme. En moins d'un an, nous avons reçu 7000 mineurs. Beaucoup arrivent seuls car leurs parents sont morts. Et cela continue. C'est un crime contre l'humanité. Si on ne fait rien, ce sera pire que les camps de concentration !

 

Comment faire face ? Lutter d'abord contre la désinformation qui devrait être pénalisée par la loi, autant que le vol. Les mensonges alimentent la peur. Les réfugiés n'ont pas de maladie contagieuse et ne sont pas des terroristes. Comme nous ils ont des métiers, ils rêveraient tous de rester chez eux mais on a vidé leurs maisons. On leur a tout pris, et même parfois un morceau de leur chair pour payer leur passage. Le trafic d'organes est un business en plein essor.

 

Nous devons agir par des coopérations pour qu'ils ne partent pas de chez eux. Personne n'aime s'exiler. L'Afrique est le continent le plus riche du monde et il compte le plus de pauvres. Quel paradoxe ! Nous nous sommes enrichis en les pillant. Voilà pourquoi nous devons les accueillir. Distinguer réfugié politique et migrant économique, c'est monstrueux. Mourir de la guerre ou mourir de la faim, quelle différence ?

 

Arrêtons de construire des murs.

 

(1) Depuis 1991, le docteur Pietro Bartolo, né il y a 61 ans dans une famille modeste de pêcheurs de Lampedusa, soigne, écoute les réfugiés qui débarquent sur « l'île aux lumières ». Le livre "Les larmes de sel" retrace 26 années d'un engagement exceptionnel au service de la vie et de la dignité. (Aux éditions JC Lattès)

 

Arrêtons de construire des murs

Partager cet article

Repost 0

commentaires