Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 16:43

Hier, les usagers des TGV, Eurostar, TER et RER étaient mis à rude épreuve, puisque la circulation de l'ensemble des trains au départ de la gare du Nord - la plus importante d'Europe en nombre de voyageurs – était totalement interrompue suite à un arrachement de caténaire.

 

Quand les mêmes usagers des transports se trouvent bloqués par des mouvements de grève des cheminots par exemple, les médias n'hésitent pas à parler d'usagers pris en otage, alors qu'ils subissent les désagréments liés au mouvement de grève, mais qu'ils ne sont nullement retenus captifs des grévistes.

 

Sinon, pour relater les difficultés rencontrées hier par ces usagers et rester cohérents, les médias auraient dû parler de « l'austérité qui prenait les usagers en otage ». Oui, car ces ruptures de caténaires (la troisième en trois jours), s'expliquent par les mauvais choix de gestion de la SNCF et le désengagement de l'Etat.

 

Comme le relate Didier Le Reste, ancien secrétaire général de la CGT Cheminots dans l'Humanité, depuis des années, les cheminots et leurs syndicats dénoncent le sous-investissement en matière d'infrastructure. Quand on tire sur la corde, elle finit fatalement par casser. La SNCF a fait le choix d'allonger les temps de parcours des brigades de surveillance. Quand une brigade devait surveiller 100 ou 200km de voies, elle doit maintenant en surveiller 600 ou 700. Du coup les installations sont inspectées moins fréquemment. S'il y a moins d'entretien, moins de visite de surveillance, moins d'investissement de régénération du réseau et des installations, au bout d'un moment, cela se paye cash, avec de gros incidents et des conséquences importantes.

 

L’État se désengage également du financement du ferroviaire. Les médias qui aiment tant comparer avec nos voisins n'évoquent pas le fait que l’État français ne finance qu'à hauteur de 32% le ferroviaire alors que c'est 55% en Allemagne et 90% en Suède.

 

Ces problèmes sont le résultat de 30 ans de sous-investissements, de réduction des effectifs et des moyens mis sur l’entretien des infrastructures, dont les 1er ministres Valls et Fillon portent une responsabilité accablante. Et de l'argent pour investir, il y en aurait si les gouvernements successifs s'étaient attaqués à l'évasion fiscale puisque les avoirs dissimulés au fisc français sont presque de l’ordre de toute la recette fiscale annuelle du pays.

 

Les milliards qui manquent sur les retraites, sur les allocations familiales, sur les services publics, sur les taxes, le gouvernement doit cesser de les ponctionner toujours sur ceux qui n'ont que leur travail pour vivre. Il y a en a plus qu'il lui en faut dans toute cette fraude. Il est plus que temps de changer de politique afin que les usagers des services publics ne soient plus pris en "otage". Et ce ne sera ni avec Fillon, ni avec Le Pen, ni avec Valls.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires