Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 17:13

Il est peu probable qu'un institut de sondage pose ce type de question. Et si d'aventure elle était posée, j'imagine mal qu'elle puisse recueillir une majorité de suffrages favorables. Plus probablement, la question qui serait posée aux électeurs sondés, c'est de savoir pour quel candidat ils voteraient en 2017. Et il n'est pas interdit de penser que sans le souhaiter, leur réponse aille dans le sens de plus d'injustice. C'était le cas avec Sarkozy, ça été également le cas avec Hollande qui a trahi avec son gouvernement certains engagements de campagne et valeurs de gauche. Et pour 2017  ???

 

On est loin de connaître à ce jour tous les candidats et leurs programmes, mais avec la droite et son extrême on sait déjà qu'il y aurait du sang et des larmes. Il fallait s'y attendre quel que soit le candidat de droite, et la couleur a été annoncée par celui que leur primaire a choisi, François Fillon, l'ancien 1er ministre sous le quinquennat Sarkozy.

 

Certains médias osent le présenter comme le candidat anti-establishment (minorité sociale exerçant un fort contrôle sur l'ensemble de la société). L'Obs révélait le 6 juin 2013 que François Fillon avait invité, en novembre 2011, une trentaine de personnalités du club Bilderberg pour plancher devant eux sur l’état économique de la France et les réformes qu’il compte y appliquer. Le journal y expose l’assistance, non élue par les français et qui pourtant a un droit de regard sur la politique subie par l’ensemble de la population – et qui s’est traduite par le blocage des retraites et des indices de la fonction publique, des désengagements de l’Etat, des abandons du service public : « Sous les lambris de l’hôtel Matignon, il y a là, entre autres, le patron de la banque Goldman Sachs, Peter Sutherland, le big boss de la banque d’affaires Lazard, Ken Jacobs, l’inspirateur des néoconservateurs américains, Richard Perle, le grand manitou de Shell, Jorma Ollila, le futur chef du gouvernement italien, Mario Monti, ou la présidente du Musée d’Art moderne de New York, Marie- Josée Kravis, par ailleurs épouse du propriétaire d’un fonds d’investissement américain. Le grand ordonnateur du dîner n’est autre qu’Henri de La Croix, comte de Castries, PDG du groupe d’assurances Axa et premier Français à présider le Bilderberg. Petit-fils d’un ministre de la IVe République et inspecteur des Finances, ce pilier de l’establishment français est aussi proche de Nicolas Sarkozy que de François Hollande, son camarade de la promotion Voltaire à l’Ena. » On voit où sont ses conseils et combien il est opposé à l'establishment.

 

D'ailleurs, si par malheur il venait à être élu, parmi ses mesures figure la suppression de l'ISF (impôt sur la fortune), la baisse des impôts massive pour les plus riches et pour les entreprises, et le relèvement de 2% de la TVA pour les ménages. Rien de plus injuste que cette taxe puisque quel que soit le revenu, pour un même produit, le taux de TVA est le même pour tous. Les riches seraient les principaux bénéficiaires d'une victoire de Fillon en 2017 si bien que Wauquiez, président par intérim de Les Républicains a cru bon de twitter le 27 novembre "Il faudra dire que les plus riches ne seront pas les seuls bénéficiaires de notre projet. La droite doit s’adresser aux classes moyennes".

 

Fillon veut par exemple transférer une partie de la couverture de la Sécurité sociale vers les assurances et les mutuelles. Seules seraient prises en charge par la sécu les affections graves, la prise en charge des soins courants étant prise par les complémentaires, sachant que certains n'en ont pas. C'est la privatisation du système de santé et il n'y a pas égalité dans la couverture puisque celle-ci serait fonction de ce que vous payez. Voilà la solidarité envisagée par Fillon.

 

Ce même Fillon ne supporte pas les grèves et encore moins les syndicalistes. Il prévoit un durcissement du service minimum et des conditions d'astreinte, et il propose d'«imposer aux délégués syndicaux une activité à temps partiel, au moins à mi-temps». «Il faut arrêter avec les syndicalistes qui sont à temps plein syndicalistes, il faut qu'ils aient une activité professionnelle au moins à temps partiel pour que ce soit un vrai dialogue qui touche à l'intérêt général de l'entreprise», explique François Fillon. Comme si les syndicalistes étaient tous permanents !

 

C'est risible d'entendre ces propos d'un professionnel de la politique. Sachez que Fillon, en dehors de ses études, a toujours été dans la politique, d'abord comme attaché au député de la Sarthe, avant de briguer lui-même le poste en 1981 à l'âge de 27 ans et élu depuis 35 ans. Alors il est vraiment mal placé pour donner des leçons aux syndicalistes qui eux ont travaillé. Comme le disait un maître de conférences en science politique à Nantes à propos de Fillon :  « Il n'a jamais transféré une quelconque notoriété professionnelle en capital électoral. En fait, il n'a jamais fait autre chose que de se faire élire.»

 

Fillon préconise aujourd'hui une rigueur toute thatchérienne. Drôle de modèle ces années Thatcher (1979-1990), un épisode désastreux qui fait rêver Fillon. Ce furent des coupes budgétaires massives aux dépens du système éducatif mais aussi des services sociaux. Elle a privatisé les services de l’eau, du gaz et de l’électricité, qui, sous monopole d’état, fonctionnaient bien et leur privatisation a été un authentique désastre. Elle a bradé aux investisseurs japonais puis allemands l’industrie automobile. Elle a facilité à la fin de son mandat la privatisation des chemins de fer. Et cette dame de fer avait pour ami Augusto Pinochet après avoir eu auparavant beaucoup de complaisance à l’égard du régime d’apartheid d’Afrique du Sud.

 

Ceci n'est qu'un tout petit aperçu de ce qu'envisage Fillon. C'est très inquiétant. Un électeur averti en vaut deux.

F Fillon dans son manoir de Beaucé

F Fillon dans son manoir de Beaucé

Partager cet article

Repost 0

commentaires