Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 22:02

Le groupe d'assurance mutualiste COVEA réunit les trois mutuelles que sont GMF, MAAF et MMA sur un modèle économique au service des valeurs de l'économie sociale. C'est du moins ce qu'on trouve affiché sur internet. Le slogan de la GMF, premier assureur des agents du service public, était d'ailleurs " Assurément humain ". Vraiment ?

 

Rappel des faits.

 

Des maliens travaillent sur un chantier au 46 avenue de Breteuil (Paris 7e) dont la société COVEA est propriétaire du bâtiment.

 

Le 6 septembre, un accident du travail s’est produit sur ce chantier confié à la société CAPRON. : double fracture ouverte pour un jeune démolisseur malien tombé d’un échafaudage. Rien de plus banal dans la construction qui détient le sinistre record des accidents du travail. Mais, là, le patron de la société MTBat Immeubles (sous-traitante de l’entreprise Capron) interdit aux salariés d’appeler les secours et propose même une somme d’argent à chacun pour que l’affaire en reste là.

 

Les 25 salariés maliens, tous sans-papiers, ne l’entendent pas ainsi et appellent les pompiers qui arrivent avec la police et l’Inspection du Travail. Ils constatent la situation de travail des salariés, le fait qu’ils n’ont pas ou peu de bulletins de paye et qu’on leur doit des mois de salaire.

 

Le 7 septembre, après avoir rencontré la CGT, ces salariés décident la grève et l’occupation de leur chantier dont le patron leur a interdit l’accès, suite à l’accident du travail, avec 4 revendications :


• la prise en charge de l’accident du travail de leur collègue ;
• l’établissement des bulletins de paye correspondant à l’ancienneté de chacun ;
• le paiement de l’intégralité des salaires non-perçus ;
• l’obtention des « demandes d’autorisation de travail pour salariés étrangers » nécessaires pour leur régularisation administrative.

 

Que des revendications pour le moins basiques !

 

On aurait pu s’attendre à ce que le maître d’ouvrage, COVEA, qui regroupe les trois mutuelles MAAF, GMF et MMA, après avoir constaté la situation de ces salariés, assumerait ses responsabilités et les aiderait à sortir de leur situation de vulnérabilité. Bien au contraire, COVEA fait rompre le contrat avec la société de sous-traitance, considérant de ce fait que ces salariés lui sont étrangers et demande au Tribunal leur évacuation du chantier ! Bel exemple de « solidarité » et d’ « humanité » de ce fleuron du monde mutualiste ! Cerise sur le gâteau : COVEA engage une société de sécurité pour empêcher les allées et venues des grévistes ! Loin de tenter une médiation le propriétaire du bâtiment et donneur d’ordre a en effet demandé, et obtenu, par voie de justice, l’évacuation du site.


 

Dès 7h30 ce vendredi matin, les cars de CRS sont arrivés en nombre devant le 46 avenue de Breteuil, dans le très chic 7e arrondissement parisien, pour déloger les 25 ouvriers maliens, qui avaient installé un piquet de grève sur un chantier.


 

Et dire que c'est un groupe se vantant de valeurs mutualistes. Mais, la réalité est toute autre, c'est plutôt cachez ces esclaves que je ne saurais voir. Sans parler du droit de grève qui est bafoué.

 

NB - Thierry DEREZ le PDG de COVEA a été en responsabilité dans les trois mutuelles du groupe. Voir wikipedia

Partager cet article

Repost 0

commentaires