Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 23:08

Certains éditocrates annonçaient cette journée comme un baroud d'honneur, se gaussant sur l’essoufflement des mouvements de grève. Ils oublient certainement que les salariés en lutte ne sont pas payés quand ils font grève et que leurs fins de mois sont donc plus difficiles encore, d'où la difficulté à tenir dans la durée. Mais à entendre certains journalistes dans les médias, on se demande si un jour ils ont côtoyé des salariés en lutte. Morceau choisi au 13 h mardi sur France-inter.

 

Alain Passerel : « Philippe Martinez le leader de la CGT a averti que la mobilisation d'aujourd'hui contre la Loi travail serait énorme … C'est à Paris que la CGT comptera, en toute objectivité bien sûr, les manifestants. Solenne Le Hen vous êtes place d'Italie. » On peut noter l'ironie dans "la CGT comptera, en toute objectivité bien sûr, les manifestants".

 

Quant à Solenne Le Hen, elle enchaîne donc « Oui le cortège est sur le point de partir, beaucoup de monde, mais j'ai envie de dire une majorité de professionnels de la manifestation, principalement des militants syndicaux que l'on reconnaît à leurs drapeaux, banderoles et autocollants ».

 

Des professionnels de la manifestation ? Ah oui, mais elle sort ça d'où Solène Le Hen ? Elle n'avait jamais remarqué que les manifestants arborent drapeaux, banderoles, autocollants etc. depuis de très nombreuses années (photo ci-dessous de 1982), quelles que soit l'objet de la manifestation d'ailleurs ? Pour cette raison elle les qualifie de professionnels de la manifestation ! Non, il n'y avait pas de professionnels de la manifestation ce 14 juin, mais des salariés très très très nombreux qui luttent pour refuser de voir s'inscrire un recul social avec cette loi travail.

 

J'ai trouvé dans son propos une forme de mépris. Malheureusement, c'est de plus en plus fréquent avec la plupart des médias, y compris ceux du service public dont l'impartialité devrait être de mise. A sa décharge, la journaliste Solenne Le Hen est spécialiste des questions de santé à la rédaction de France Inter. (Peut-être remplaçait-elle un journaliste gréviste ?)

 

Toujours est-il que face au gouvernement qui parle d’essoufflement, cette manifestation a connu la plus forte mobilisation depuis le début du mouvement, rassemblant un million de manifestants à Paris et 300 000 dans les grandes villes de province.

 

Le gouvernement va-t-il rester aveugle et sourd ?

 

La loi travail passée avec le 49-3, c'est toujours NON, NON et NON !

 

En 1982, il y avait aussi des banderoles, des autocollants, etc.

En 1982, il y avait aussi des banderoles, des autocollants, etc.

Les manifestants deux-sévriens dans la manifestation

Les manifestants deux-sévriens dans la manifestation

Les dockers dans la manifestation

Les dockers dans la manifestation

Manifestation du 14 juin, raz de marée contre la loi travail
Vous trouvez que ça s'essouffle ?

Vous trouvez que ça s'essouffle ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

çabloque 28/06/2016 20:11

Aujourd'hui Paris semblait être en état de siège.Le dispositif policier mis en place contre les manifestants ( # terroristes)est totalement disproportionné et inadapté aux risques (casseurs).Le gouvernement a donc dans le viseur les manifestants pacifiques clairement opposés à une loi qui impose la précarité du travail.Cela est INACCEPTABLE.La France ne doit pas devenir un pays autoritaire,la France doit rester un pays démocratique.Cela ne tient qu'à nous de le dire haut & fort.Bravo au mouvement syndical qui a su montrer une hauteur de vue et un sens de l'intérêt commun qui font cruellement défaut à un gouvernement désormais aux abois.