Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 17:52

Le 11 janvier 2015, suite aux attentats de Charlie Hebdo, des marches républicaines et silencieuses s'étaient déroulées dans toute la France, rassemblant près de quatre millions de personnes. A Paris la place de la République était noire de monde. C'était une vague populaire qui se dressait contre la haine, des citoyens attachés à la défense des valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité.

 

Durant la semaine passée, des cérémonies d'hommage avec dévoilement de plaques se sont déroulées sur les différents lieux des attentats de janvier et novembre 2015, et ce dimanche, une cérémonie d’hommage aux victimes des attentats clôturait cette semaine commémorative place de la République.

 

Mais, l'esprit de janvier 2015 n'était plus là. A peine quelques milliers de personnes et un déploiement policier impressionnant pour encadrer cette manifestation commémorative. Comme le dit Michel Guilloux dans l'éditorial de l'Humanité de ce jour, « On ne commande pas la mobilisation populaire en appuyant sur un bouton de caméra, pas plus que sur un coup de menton ».

 

Entre-temps, le pouvoir a mis en place l'état d'urgence, il envisage la déchéance de nationalité, et veut inscrire cela dans la Constitution. On est loin du vivre ensemble.

 

Le journaliste Fabrice Nicolino, journaliste rescapé de la tuerie de Charlie Hebdo n'a pas voulu participer à ces cérémonies. Il dit être « très mal à l'aise par rapport à ce que l'on peut appeler une certaine récupération politique voire politicienne du dossier du terrorisme et des attentats de janvier et de novembre ». « J'ai le sentiment que le président Hollande a voulu par là relancer sa carrière politique qui est quand même mal en point ». Ce combat du vivre ensemble « ne se marie pas bien avec les commémorations officielles et les dévoilements de plaque, les médailles à titre posthume et toute cette falbala pseudo-républicaine qui m'ennuie profondément », conclut-il.

 

Et certains choix pour cet hommage n'était pas forcément les plus appropriés. C'est le cas pour Johnny Hallyday, qui a interprété Un dimanche de janvier, et dont la présence passait mal pour les proches des caricaturistes de Charlie-Hebdo dont il était une des cibles favorites par rapport à l'évasion fiscale et ses orientations politiques. On peut ajouter l'interprétation par les choeurs de l'armée française de la chanson « Le Temps des cerises » composée par le poète communard Jean-Baptiste Clément, lorsqu'on sait que c'est l'armée française qui a écrasé la Commune de Paris.

 

Que reste t'il de l'esprit de janvier ? L'échec de l'hommage populaire voulu par le gouvernement qui montre que les aspirations des dirigeants et les aspirations citoyennes ne sont pas sur la même longueur d'onde.

 

Place de la République à Paris, que reste t'il de ce dimanche de janvier  ?
Partager cet article
Repost0

commentaires