Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 22:41

Les annonces récentes du Président de la République en faveur de l’assouplissement du droit de licenciement, du plafonnement des indemnités de licenciement, de la réduction des indemnisations chômage augurent mal du futur Code du travail. Pourtant celui-ci est bien souvent le seul rempart pour le salarié.

 

Sous prétexte de lisibilité et de souplesse pour les entreprises, le gouvernement veut en effet remplacer les actuels articles du Code du travail par des “principes essentiels” auxquels les employeurs pourront déroger en cas d’accords majoritaires ainsi que les parlementaires par la loi.

 

Il est vrai qu'au vu du nombre de chômeurs qui n'a jamais été aussi élevé, on se doute bien des difficultés des entreprises à licencier. Souvent les salariés luttent pour empêcher ces licenciements, et il se trouve même un premier ministre pour les traiter parfois de voyous.

 

Par contre, on ne l'a pas entendu à propos de Denis Olivennes, directeur général d'Europe 1 et président de Lagardère Active, et de sa compagne, le mannequin Inès de la Fressange. Dans leur paradis provençal avec un mas construit sans permis, il y avait également un baraquement en bois au fond du jardin pour abriter la « gouvernante » du couple. Cette femme de 55 ans devait assurer toutes les basses besognes, veiller sur les 9 hectares du domaine, entretenir la piscine, faire les courses au supermarché, jouer les taxis pour les rejetons etc. pour un montant légèrement supérieur au SMIC, amputé de 350 euros pour la location de son abri. Mais à l'automne, le couple a décidé de ne plus la payer, puis de la congédier sans motif ni indemnités considérant qu'elle n'était pas salariée mais auto-entrepreneur, statut qu'elle refusait de prendre. La "Cosette" du 21ème siècle a saisi la justice prud’homale pour travail dissimulé et licenciement abusif.

 

On n'a pas entendu nos chantres du libéralisme crier au scandale et traiter ces employeurs de voyous. Peut-être qu'ils les considèrent comme victimes puisque l'ex-salariée les poursuit devant les prud’hommes. A l'instar du Code du travail, les Valls et Macron veulent transformer cette juridiction. A l'avenir, les conseillers prud'homaux pourraient être désignés par les organisations professionnelles et non plus élus directement par les salariés et les employeurs.

 

En préambule de son programme, Hollande disait vouloir permettre à chaque génération de vivre mieux que la précédente. Ça ne se fera pas en diminuant les droits des salariés.

 

Olivennes et Valls dans la cour d'honneur de l'hôtel des Invalides pour l'opéra La Traviata

Olivennes et Valls dans la cour d'honneur de l'hôtel des Invalides pour l'opéra La Traviata

Partager cet article

Repost 0

commentaires