Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 09:41

« Nous avons les moyens de façonner un capitalisme à l’image de nos ambitions. », « Retrouver l’esprit industriel du capitalisme », la France a besoin « d’un capitalisme de long terme, qui accompagne nos entreprises dans leurs investissements », de la « création de valeur actionnariale » pour « faire émerger de nouveaux champions du CAC 40 ».

 

Bien sûr ce ne sont que des extraits, mais qui en disent long sur la passion pour le capitalisme. Quel est l'auteur de ces propos ? Ce pourrait être Pierre Gattaz, le patron du Medef, ou bien un de ces entrepreneurs capitalistes qu'on nomme « capitaine d'industrie », mais NON !

 

C'est tout bonnement le ministre de l'Économie et des Finances du gouvernement actuel, Emmanuel Macron, l’ancien banquier d’affaires de chez Rothschild. On savait que Valls, le chef du gouvernement, aimait beaucoup l'entreprise, mais là, son ministre de l'économie l'a dépassé en faisant un véritable plaidoyer à la gloire du capitalisme dans une tribune publiée dans le Monde ce dimanche. Et comme si les cadeaux aux entreprises (CICE, Pacte de compétitivité) sans contreparties en terme de créations d'emplois n'étaient pas suffisants, Macron veut aller « plus loin pour rendre la fiscalité des actionnaires plus encourageante ».

 

Pas de références au socialisme ni même aux socialistes dans cette tribune, cela a le mérite de clarifier les choses, pour ceux qui doutent encore, et confirme que nous avons un gouvernement qui mène une politique de droite, et dont les orientations tournent le dos aux engagements de 2012. Si les électeurs avaient chassé Sarkozy, ce n'était pas pour retrouver la même politique économique et anti-sociale.

 

L'avenir de la gauche ne passera pas par ces gens-là.

Partager cet article

Repost 0

commentaires