Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 22:46

C'est une réaction d'indignation que j'ai eu à la lecture d'un pareil titre. C'est en page "monde" du quotidien local (La Nouvelle République) que j'ai trouvé ce titre. L'article n'était pas signé. En cherchant sur leur site internet, un autre article de la veille au soir titrait « le gouvernement Tsipras assomme les marchés avec des annonces tous azimuts ». En poussant plus loin les recherches, j'ai retrouvé ces mêmes titres repris tels quels dans nombre de journaux de la presse quotidienne régionale, et même nationale puisque ce titre est repris dans Libération. La raison est toute simple, c'est ni plus ni moins que l'information partisane diffusée par une agence de presse, l'AFP dans le cas présent.

 

Dès le premier jour de la mise en place du gouvernement d'Alexis Tsipras, Syriza met en œuvre les premières mesures du programme sur lequel il a été élu. Quoi de plus normal. Mais une agence de presse censée délivrée de l'information considère que Syriza assomme les banques et les marchés. Il ne lui serait pas venu à l'idée d'écrire que Syriza mettait déjà en œuvre son programme. Mais c'est vrai que voir un parti porté au pouvoir et mettre en œuvre ses promesses électorales, ça nous change de ce qui se passe en France.

 

Mais au-delà de ces réflexions, ce titre est du parti pris. Tout au long de sa campagne, Syriza annonçait clairement les choses, et les médias de notre pays, à l'exception d'une infime minorité, relayaient plus facilement les désirs de la Troika de voir se poursuivre la politique d'austérité en Grèce et souhaiter que les sortants soient reconduits. Ces médias veulent-ils pleurer aujourd'hui sur le sort des banques et des marchés financiers ? Il en est de même de l'agence de notation Goldman Sachs qui menace de baisser la note de la Grèce si elle ne poursuit pas la politique d'austérité menée jusqu'à présent alors qu'elle a aidé la Grèce à maquiller ses comptes en 2001.

 

Eh bien, la démocratie a parlé et la Grèce nous montre l'exemple en voulant en finir avec cette soumission à la finance. Et les médias qui osent aujourd'hui titrer que les banques ou les marchés sont assommés par les premières mesures prises par le gouvernement Syriza, avaient ils fait des titres tels que « La finance étrangle le peuple grec » ? Malheureusement non !

 

Ce peuple grec qui a été assez pillé a dit, non ça suffit ! Les médias feraient bien d'en tenir compte.

 

Un petit renvoi sur des billets traitant de cet étranglement :

 

mai 2010 - Ils ne viennent pas en aide au peuple grec, mais aux financiers !

février 2012 - La légitime révolte du peuple grec

mai 2012 - Christine Lagarde est très mal placée pour donner des leçons au Grecs

juin 2013 - Grèce, quand il ne restera plus rien

 

Partager cet article
Repost0

commentaires