Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 15:59

Article de Lucien Sève, philosophe marxiste, publié dans l'Humanité du mardi 9 décembre

 

 

A l’obsédante campagne sur le « coût du travail » qui serait cause de nos malheurs, on riposte souvent : ce qui nous écrase est le coût du capital ! On n'en dira jamais trop sur le coût du capital, mais on semble ainsi admettre l'idée de coût du travail. Or. c'est une énormité.

 

1 - Avec la nature, le travail est la source de toute richesse sociale. Étant source de la valeur économique, il n'en a pas lui même, comme le courant électrique qui fait briller l'ampoule est en lui même dépourvu de brillance. N’ayant pas de valeur, le travail ne saurait avoir de coût. La formule « coût du travail » est un non-sens.

 

2) Ce non-sens recouvre la confusion du « travail » avec la « force de travail ", ensemble des capacités qu’un individu met en œuvre dans son travail. La force de travail, dont la production et reproduction exigent des biens eux-mêmes produits. a de ce fait une valeur, et un coût pour qui l’achète.

 

3) Cette confusion est entretenue à plaisir, a montré Marx, parce qu'elle masque le secret du profit capitaliste : la force de travail peut produire bien plus de valeur qu'elle n'en a. Ce qui coûte au capital n'est pas le travail, source de ses profits, mais l’appropriation privée de cette poule aux oeufs d'or qu'est la force de travail. Dénonçant le « coût du travail », il ne cesse en fait de se plaindre que la poule aux oeufs d'or doive quand même être assez nourrie pour pouvoir pondre.

 

4) On nous dira peut être : ne jouez pas sur les mots, le capital doit bien payer les salaires et les charges ! Mais c'est la valeur créée par la force de travail et appropriée par le capital qui en vérité les paie, et bien au delà ! Qui joue sur les mots ? L'expression « coût du travail » est une radicale falsification des rapports économiques.

 

Veut-on une preuve courte de ce qui précède ? Elle tient en une question : si pour le capital le travail était un coût, nous expliquera-t-on pourquoi il met un tel acharnement à vouloir en allonger la durée hebdomadaire ?

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires