Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 17:07

Lecteur régulier de l'Humanité quotidienne (pris chaque jour en kiosque) et de l'Humanité Dimanche (abonnement), je tenais à vous faire part de mon ressenti.

 

Dans le numéro de l'HD du 6 novembre, à la rubrique Social/Lutte des classes, mon hebdo épingle le quinté de tête des boîtes à outils patronales, véritables chiens de garde du patronat. Je ne peux que me réjouir et approuver le contenu de cet article dans l'Humanité Dimanche, qui plus est dans une rubrique intitulée « Lutte des Classes », un terme qui pour certains aujourd'hui est considéré comme un gros mot, qui appartiendrait à une période révolue. Parmi ces cinq, on retrouve l'IFRAP, avec à sa tête une certaine Agnès Verdier-Molinié, incontournable de l'émission « C dans l'air » et qu'on entend également sur les ondes des radios, y compris publiques, en tant qu'experte. Experte en libéralisme, ça c'est certain.

 

Dans l'Humanité quotidienne du 27 octobre, la rubrique Débats & Controverses titrait « Plus de droits au travail = moins d'emplois ? Le Code du travail est-il un atout pour le développement économique ? »  Parmi les intervenants de cette rubrique, le responsable du service juridique de la CGT, un ancien inspecteur du travail, et … cette même Agnès Verdier-Molinié. Elle y expliquait en 76 lignes pourquoi le code du travail est un frein à l'emploi, qu'il déclenche la peur de l'embauche. Elle y revendique en matière de licenciement « l'employeur seul juge » etc. Tout à fait ce que revendique Gattaz, et la casse du Code du travail est un sujet sur lequel le gouvernement "socialiste", qui n'a rien de gauche, s'apprête à céder.

 

Pourquoi donner la parole à cette chienne de garde du patronat ? Puisque la télé ou à la radio nous abreuvent des propos de ces soi-disant experts, alors de grâce, nul besoin d'en rajouter dans l'Huma. Leurs arguments sont connus, puisqu'ils sont régulièrement dans les médias. Autant garder la place dans l'Huma pour les dénoncer puisque ce n'est pas possible autrement, les médias n'invitant pas les journalistes de l'Huma ou ceux qui ne sont pas bien pensants par rapport à leur doctrine libérale.

 

Pour ma part, j'ai envie d'un journal de classe, de combat, pas d'un journal qui dériverait vers du social-libéralisme, clin d’œil à la parole fréquemment donnée à des socialistes. Et que dire de la publicité pleine page d'Air France s'excusant auprès de ses clients de la gêne occasionnée par la grève des pilotes ! Même si je comprends les difficultés financières de la presse, et encore plus quand elle d'opinion, je ne conçois pas qu'on puisse accepter une telle publicité.

 

Cordialement vôtre.

Partager cet article
Repost0

commentaires