Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 04:04

Nul doute que le paysans bretons, comme ceux du reste de la France, sont victimes de la chute de leurs revenus due essentiellement à la pression de la grande distribution, à l'absence de prix garantis, et à la mise en concurrence avec d'autres pays producteurs. La violence organisée de certains agriculteurs a occasionné des milliers d'euros de dégâts qui vont être à la charge du contribuable.

 

Le responsable de la FDSEA du Finistère (par ailleurs porte-parole des bonnets rouges) parlait des « producteurs payés 7 centimes pour un produit vendu 7 euros en grande surface ». Mais dans ce cas, c'est bien la grande distribution qui garde ses marges et répercute la baisse des prix sur les producteurs. Alors pourquoi ne s'en sont ils pas pris aux Leclerc ou autre Casino ? Et comment peut-il « tirer un coup de chapeau à ceux qui ont osé faire ce qu'ils ont fait vendredi ».
 

On entend sur les médias nationaux qu'une enquête est en cours pour retrouver les coupables. C'est vrai que des dizaines de tracteurs qui déversent des artichauts, qui enfoncent l'accès aux bâtiments, y mettent le feu, bloquent le passage des pompiers, pas facile de les identifier … Par contre, pas de problème pour les mêmes médias qui trouvent eux à interviewer des agriculteurs ayant participé à ces événements et qui témoignent à visage caché. Mais que fait la police !

 

Pour les médias, ça fait de l'info, du sensationnel. La vente solidaire organisée chaque année conjointement par le PCF et le MODEF (Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux) et qui permet de vendre à prix coûtant sur Paris et de nombreuses villes de banlieue pas moins de 50 tonnes de fruits et légumes en une journée et de soulever les problèmes de leur profession est moins spectaculaire pour les médias.

 

A la libération avait été mis en place un coefficient multiplicateur afin de protéger les paysans et les consommateurs des pratiques abusives des intermédiaires notamment en matière de marges. L’État fixait un taux légal à ne pas dépasser entre le prix d’achat au fournisseur et le prix de vente au consommateur, taux qui s’appliquait à la chaîne des différents intermédiaires prise dans son ensemble. C’est suite à la demande des représentants de la grande distribution que le coefficient multiplicateur instauré à la libération a été supprimé par le gouvernement Chirac issu des urnes en 1986. C’est le ministre de l’Agriculture de l’époque, François GUILLAUME, ex président de la FNSEA, qui a pris la décision de répondre positivement à la grande distribution.

 

Cette grande distribution, véritable monopole, tue non seulement les petits commerces mais tue également les producteurs.

 

 

Voir la déclaration du Front de Gauche de Morlaix

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires