Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • Réagir - Blog militant de joseph coutant
  • : Réagir : S'opposer activement à l'action de qqch, résister. La devise issue de la révolution française "Liberté, Egalité, Fraternité" étant de plus en plus mise à mal, ce blog est un moyen pour moi de faire partager mes réactions sur l'actualité politique, sociale, etc.
  • Contact

Rechercher

Tags

22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 18:07

Partie de Géorgie pour tenter de sauver leur petite fille, Gvantsa, atteinte d’une leucémie, la famille Gvianidze arrive en France le 16 octobre 2012 avec ses trois enfants, Giorgi (né en 2008) et les jumeaux Gega et Gvantsa (nés en 2011). Aussitôt, l’hôpital de Rennes prend en charge le traitement de la fillette et ses parents déposent une demande de titre de séjour pour accompagnateurs d’enfant malade. Mais curieusement, une succession de malchances pour le moins étranges fait disparaître coup sur coup les dossiers médicaux communiqués aux services préfectoraux, dossiers qui ne seront donc pas étudiés. Le 10 octobre 2013, quand la famille est expulsée du squat où elle a trouvé abri, les parents sont toujours sans papiers.

La préfecture d’Ille-et-Vilaine met en demeure les Gvianidze de déposer une demande d’asile, ce qu’ils font, pensant ainsi régulariser leur situation. Hélas, la prise d’empreintes révèle que, sur leur chemin pour arriver en France, ils ont passé quelques jours en Pologne. La préfecture demande donc leur réadmission en Pologne, au titre de la stricte application de la loi dite Dublin 2, sans évidemment se poser la question de la pertinence sanitaire d’une telle décision, au regard de la maladie de Gvantsa.

 

Le 7 novembre, la préfecture d’Ille-et-Vilaine leur signifie une assignation à résidence, l’obligation de se présenter à la police de l’air et des frontières deux fois par semaine et, dans la foulée, un avis d’expulsion vers la Pologne.

 

Le 8 novembre, Gvantsa est de nouveau hospitalisée. Les médecins du CHU rennais adressent un courrier à la préfecture pour leur signifier la gravité de l’état de santé de la petite et publie une pétition en ligne, destinée à l’ensemble du corps médical, pour demander la prise en considération des éléments médicaux et le maintien en France de l’enfant jusqu’à sa guérison.

 

Le 12 novembre, la préfecture d’Ille-et-Vilaine convoque la famille pour le lendemain. L’expulsion est en marche…

 

L’état de Gvantsa, ce bébé de 2 ans dont la leucémie ne pourra être correctement soignée ni en Pologne — où l’on se fout des demandeurs d’asile, même bébés, même gravement malades — ni en Géorgie, ne suffit pas pour stopper la machine à expulser. Le préfet d’Ille-et-Vilaine et son ministre de tutelle ont choisi : quelques voix supplémentaires — même pas assurées — lors des prochaines échéances électorales contre la vie de Gvantsa. L’humanité progresse à grands pas en Bretagne !

 

RESF

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jco - dans sans-papiers
commenter cet article

commentaires